Jackson: les êtres persans

21 septembre 2009

Ils ne sont pas nés sur les bords du fleuve Mississippi. On le leur rappelle assez souvent. La communauté iranienne de Jackson compte une trentaine de membres. Dont Muhammad et Omid. Père et fils. Ils cultivent le sens de l’accueil comme le jardin derrière la maison. Aubergines, tomates, piments.

La rencontre a lieu dans une station service. Muhammad nous invite à le prendre en chasse. Il ne veut pas nous donner d’indications hasardeuses. Vaut mieux pas trop  s’égarer dans South Jackson. La criminalité gagne du terrain dans cet ancien havre blanc-bec peu à peu délaissé. Pour autant, nous dit-on, il n’y a rien à craindre du voisinnage. Omid : « We have guns and the best dogs. » Et puis c’est la loi. T’as le droit de dessouder n’importe quel pélo qui s’aventure sur ton gazon. Autant dire qu’on est super secure tandis qu’au loin retentit une double rafale d’un semi-automatique.

omid_mohammedweb

L’accueil, on disait. Bière ou Coca, houmous assis en cercle sur un tapis persan. Nos hôtes nous gâtent en plats gracieux et se contentent d’une assiette pour deux. Partage des expériences. L’histoire d’un mec qui quitte l’Iran pour les Etats-Unis, et s’y installe définitivement après plusieurs escales. Devenu darron de l’asphalte, il nous paterne. C’est le break idéal.

Omid, le fils, est né au Koweit. Titulaire d’une green card, il attend un passeport américain mais ne fantasme pas sur la citoyenneté. Prisonnier d’un pays qui n’est pas encore le sien. Il rêve d’ailleurs, de la Californie et des étoiles. Dans un an peut-être, il sera à Berkeley où l’évasion verticale est permise. Les lumières de Jackson sont trop fortes. Il y a beaucoup de nuages dans le Mississippi.

Publicités

3 Réponses to “Jackson: les êtres persans”

  1. Mamine said

    Après 2 jours de silence, sympa de retrouver votre photoguidage, et la suite de vos aventures. Malgré l’ambiance extérieure un peu tendue, Toutou inspire la paix et la confiance
    A la prochaine

  2. Johanna L. said

    Bravo la photo, bravo le texte

  3. Bajo said

    « …tandis qu’au loin retentit une double rafale d’un semi-automatique… »
    Bon c’est fini maintenant ! Vous rentrez tout de suite à la maison !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :